PDF
Imprimer
Envoyer

Aquarium biotope authentique


Habitat du Malebo Pool, Congo

 

Habitat: une rive ouverte du Malebo Pool ; fleuve Congo. Long de près de 5 000 km, le Congo est le deuxième cours d’eau d’Afrique en longueur (après le Nil) et le huitième du monde. Il roule des eaux troubles, que lui apportent ses nombreux affluents, à l’eau souvent noire. En matière d’espèces de poissons, le bassin du Congo est – juste après celui de l’Amazone – de loin le plus diversifié. On y trouve beaucoup de Characiformes, de ces poissons-chats qui nagent à l’envers, de poissons-éléphants, de poissons-papillons, de poissons anguilliformes et de Cichlidés. L’habitat présenté correspond à la section d’une petite anse du Malebo Pool. Parmi les pierres (le Congo en est rempli) et sur le fond sableux, où les plantes sont virtuellement absentes, un choix fascinant de poissons est à découvrir.
Espèces de poissons: Distichodus sexfasciatus, D. lusosso, Phenacogrammus interruptus et P. caudalis; Polypterus ornatipinnis, P. retrospinnis, P. palmas; Gnathonemus petersii; Pantodon bucholzi; Synodontis angelicus, S. eupterus, S. ornatipinnis, S. velifera, S. pleurops, S. greshoffi; Hemichromis sp.
Plantes aquatiques: les plantes aquatiques sont rares dans cet habitat. Le long des berges, se rencontrent parfois quelques grandes fougères amphibies (Bolbitis heudelotii), sporadiquement émergées ou immergées (quand le niveau monte), et parfois aussi des Crinum natans. Dans des anses latérales plus calmes, il arrive que l’on trouve également des plantes flottantes. 
Commentaires de Heiko Bleher: nous voyons ici quelques uns des poissons qui habitent et survivent le long des rives du gigantesque fleuve Congo. Certains d’entre eux se présentent dans la nature en bancs plus importants (p. ex. les deux espèces de tétras du Congo), car c’est seulement de cette façon (en groupe) qu’ils se protègent des prédateurs (tels que les Polypterus). Les poissons-éléphants adoptent le même mode de protection mais ils évoluent plus près du fond, où ils creusent le sable fin pour se nourrir (de micro-organismes). Les poissons-papillons, quant à eux, trouvent à proximité de la surface le meilleur moyen de fuir, en sautant simplement hors de l’eau à l’approche d’un ennemi. Les synodontis sont partout « chez eux » et peuplent d’ailleurs pratiquement tout le continent africain. Ce sont des omnivores et, grâce à leurs longues épines venimeuses (dont le venin est éjecté seulement lorsque le poisson est attaqué), ils ne craignent, en principe, aucun prédateur. Les characiformes Distichodus, qui peuvent atteindre le demi-mètre, se nourrissent avant tout de matière végétale, de plantes épiphytes ou de choses semblables. Ils sont à la fois trop rapides et trop gros pour la plupart des prédateurs. Les Cichlidés ne sont que de passage dans ce type d’habitat. Cet aquarium tente d’apporter la démonstration que, lorsque des poissons sont maintenus dans des conditions naturelles, comme on le voit ici, et sont bien nourris, ils offrent un spectacle plaisant et peuvent même être associés à des prédateurs dans un aquarium communautaire... comme à l’état sauvage. En outre, un examen attentif vous fera remarquer que les Distichodus sexfasciatus ont aussitôt commencé à rassembler, dans un coin du bac, des petites pierres de la taille adéquate pour confectionner leur nid. Imités en cela par les Synodontis pleurops, avec des pierres un peu plus grosses (voir photos).

Les valeurs mesurées dans cet habitat du Malebo Pool étaient :
pH 5,7 - 6,7 ; conductivité, 22 - 25 µS/cm ; avec une température variant de 24,5 à 28,5°C.


Les entreprises suivantes ont aimablement contribué à l’installation de l’habitat exposé :


Tetra Werke GmbH : matériel de filtration et conditionnement de l’eau


Kölle-Zoo (Stuttgart) : matériel de décoration : racines de mangrove saturées, sable blanc de fine

granulométrie (0,1 à 0,9 mm) et rochers (pierres de lave, jaspe rouge et gros blocs)  
Aquarium Dietzenbach (Allemagne) : les spécimens de poissons, importés et acclimatés 


Tropica (Danemark) : plantes 

Réalisation du projet et aménagement : Aquapress – Heiko Bleher, Italie.

 

Image

Un habitat typique du Malebo Pool, près de la rive du fleuve, où en général peu de plantes sont présentes ; notez à quelle vitesse les groupes de poissons ont adopté leurs différentes niches, sitôt leur introduction. Exactement comme dans la nature, les Pantodon bucholzi se postent à la surface (où ils se nourrissent d’insectes volants), les Characiformes Phenacogrammus interruptus et P. caudalis (qui se nourrissent surtout de plancton) en eau libre ; tandis que les zones inférieures sont occupées par de plus grandes espèces de la famille, du genre Distichodus, ici D. sexfasciatus et D. lusosso, qui évoluent souvent en solitaire dans l’aquarium (toujours en quête de nourriture... ce sont des espèces opportunistes) ; les Gnathonemus petersii sont des poissons de fond qui ont l’habitude de chercher leur pitance à l’aide de leurs longues trompes, sur le fond de sable très fin et meuble, ainsi que parmi les pierres. Eux aussi se sont habitués tout de suite à leur nouvelle demeure. Cachés (absents de la photo), les espèces de Polypterus, comme dans la nature.

 

Image

Voici un excellent instantané de poissons-éléphants s’activant en quête de nourriture dans le sable fin et des Synodontis opportunistes profitant du remue-ménage créé.

 

Image Image

         Cette photo montre clairement combien                              De même, Distichodus sexfasciatus

 

       les espèces de Characiformes s’y plaisent                    profite aussitôt de la recherche de nourriture

            instantanément et se sentent en                                          menée par les poissons-éléphants.

                    sécurité en pleine eau.

 

Image Image

Avec leur longue trompe, les poissons-éléphants explorent le fond et sont capables de traquer les plus petites parcelles de nourriture (ici, un fragment de racine d’arbre).

 

Image Image

               Un Synodontis pleurops en train                                    Pantodon buchholzi dans son habitat, 

 

        de brouter une pierre de la taille de sa bouche                          tout près de la surface, guettant

          pour en consommer le tapis de verdure.                                    l’approche d’insectes volants.

 

 
Deutsch (DE-CH-AT)EspañolFrench (Fr)Português (pt-PT)Italian - ItalyEnglish (United Kingdom)

Photos of the week

NEW T-SHIRT

T-shirt-3 avanti web

LIMITED EDITION

ORDER NOW

AQUA JOURNAL

cover20-2 540

aqua International Journal of Ichthyology
Official Website

Partnership

vivante-passerelle  

 discusclub

 HobbyDiscus q3D ver02-220 

Online Now

Nous avons 370 invités en ligne

AQUAPRESS di HEIKO BLEHER VIA G. FALCONE 11- 27010 MIRADOLO TERME (PV) - ITALY - TEL/FAX +39 0382754129 - PIVA 12301640152 Info and contact

S5 Box

*
*
*
*
*

Fields marked with an asterisk (*) are required.